post image

Population dans le canton de Vaud

profile image Appréciés : 0 vs 0
Auteur : Shell
Mots-clefs : Économie Population Vaud 
Date : juin 30, 2020 Mise à jour septembre 02, 2020

Voici mon premier article sur mon blog fait maison. Dans cet article je vais donner mon opinion sur la démographie, en particulier dans le canton de Vaud. Dans la première partie je vais parler du déclin démographique en général et de ses conséquences; dans la deuxième, proposer des pistes de réflexion. Une troisième partie parlera de la situation dans le canton de Vaud.

Le déclin démographique et ses conséquences.

Tout d'abord il y a deux facteurs à prendre en compte :


  1. La diminution de la population (déclin réparti sur l'ensemble)

  2. Le vieillissement de la population (changement de la répartition démographique)


  • Premier cas : la diminution de la population

Tout d'abord un déclin rapide autour de -0.5% par an de la population (1) crée des problèmes économiques et sociaux, lesquels produisent une boucle de rétroaction négative. La boucle fonctionne ainsi : l'économie s'aggrave, alors la natalité diminue, les jeunes émigrent dans des pays ayant une activité économique plus florissante (créant par ailleurs un vieillissement de la population dans le pays hôte (2)), ce qui aggrave la situation économique et ainsi de suite. C'est particulièrement le cas pour les pays de l'ex-URSS comme la Moldavie, et d'autres comme l'Italie et la Grèce (bien qu'il soit probable que la première cause soit d'ordre économique). Néanmoins, il est possible que ces taux soient atteints par exemple pour l'Allemagne et le Japon à l'avenir. [1]

Heureusement, lorsque le déclin est faible (1), il n'y a pas d'évidence montrant que l'innovation, l'investissement et la richesse individuelle diminuent forcément . De plus, il ne semble pas qu'il y ait de lien entre la richesse par personne et la population d'un pays. Le ratio entre croissance de la population et celle du PIB (Produit Intérieur Brut) semble avoir de larges différences entre pays. Il y a deux points à prendre en compte :


  1. Le déclin ne doit pas créer des tensions politiques et/ou militaires avec les voisins

  2. Le déclin ne doit pas mettre en danger les infrastructures (entretien, utilisation,...) et les systèmes économiques (économie d'échelle, spécialisation,...)

Ainsi un déclin de la population ne semble pas être un problème majeur, tant qu'un seuil critique n'est pas atteint, lequel change de façon importante la situation (changement politique, infrastructure, économique). [1]


  • Deuxième cas : Le vieillissement de la population

Cet élément est en fait beaucoup plus problématique car cela engendre plusieurs effets :


  1. Une génération de déflation probable [3] & [4] qui peut mettre en péril les acteurs trop endettés, qu'ils soient industriels, étatiques ou particuliers.

  2. Un impact sur les investissement à long terme comme l'immobilier, la recherche et le développement dans l'industrie. Et l'économie risque de tendre plus sur des biens ayant des cycles de vie courts probablement moins innovants qui seront beaucoup moins impactés par les changements induits. [1]

  3. Un impact important sur les finances gouvernementales. Sur le court terme le gouvernement dépense moins pour l’éducation, mais sur le long terme, le déclin des emplois a un effet négatif important. [1]

  4. En moyenne cela conduit à une baisse des capacités techniques dans le domaine manufacturier ; celui-ci peut cependant être contrebalancé en partie par la robotisation et l'automatisation. Quant à la science elle ne semble pour le moment pas affectée et n'a toujours pas atteint son pic bien que les sociétés deviennent âgées. [1]

  5. Un ralentissement de la croissance ou une baisse du PIB [3] et [4]

Un point positif est que le Japon montre que le déclin démographique, bien qu'apportant des inconforts importants, ne conduit pas à une rupture brutale, en tout cas du temps que la population et l'économie mondiale est en expansion (en moyenne).

Le vieillissement de la population semble créer une diminution de la consommation qui tend à réduire les emplois (et les économies d'échelle), et crée également une pénurie de main-d’œuvre qui la rend trop chère, ce qui encourage les entreprise à robotiser les emplois. Ce double effet, risque de créer à terme un chômage chronique.

Il semble que dans un économie fermée, un déclin démographique requiert une augmentation du niveau de vie et de la consommation pour que la population garde confiance dans le système et l'envie de prendre des risque (c'est à dire de créer des emplois et d'innover)  (Richard Cragg) [1].

Piste de réflexions

Il faut savoir que pour maintenir une population constante, il faut un taux de fertilité de ~2.1. Peut-être qu'une des causes de la faible natalité est le coût des logements trop élevé (bien qu'il y en ait d'autres, culturelles p.ex, ou les perspectives sur le futur, la force de l'économie,...).

Il semble que lorsqu'un état a une population vieillissante, il augmente les taxes. Bien qu'il n'y ait probablement plus la possibilité de faire autrement dans de nombreux pays, il est important que celle-ci ait un impact le moins négatif possible. Un des moyens recommandé est de ne pas taxer fortement la population active ainsi que les entrepreneurs qui génèrent la richesse du pays, mais de faire une taxe répartie sur l'ensemble de la population de sorte que le poids soit le plus faible possible. [1]

L'immigration peut être une solution à un manque de fertilité mais elles doit remplir plusieurs conditions :


  1. Niveau de formation en adéquation avec le pays (sinon ces gens risquent de se retrouver exclus)

  2. Ne pas impliquer des changements d'emplois pour la population résidente (sinon on crée des chômeurs)

  3. Rapidité modérée (pour éviter les désordres sociaux/politiques et permettre une meilleure intégration)

Si ces conditions sont remplies, alors il n'y a pas de différence entre des naissances supplémentaires et l'immigration [1]

La situation dans le canton de Vaud

On remarque tout d'abord que les naissances représentent toujours un fraction de 5% de la population, en légère diminution a travers le temps. Les enfants de moins ou égal à 5 ans représentent ~6.3% en 1997 sont devenus en 2017, les 25 ans à ~7%. Le pic de la catégorie des 30-35 ans à ~8% en 1997 sont devenus le pic des 45-50 ans à ~7.5% en 2017, ce qui implique que dans 15-20 ans la plus grande fraction de la population partira à la retraite (si celle-ci reste autour des 65 ans). Une population externe au canton dans la catégorie d'age 30 à 40 ans est venue s'installer créant une diffusion du pic généré par les 30-35 ans de 1997. On voit aussi l'ancienne génération des 50 ans ~7% en 1997 diminuer lentement et arriver en 2017 à ~4% dans la catégorie des 70 ans. Dans le graphique suivant on a plusieurs graphiques sélectionnables. 


  • Ratio Revenus et Impôts

Dans ce graphique qui divise le PIB vaudois en fonction de la population active, définie de façon très large comme étant les personnes entre 15 et 64 ans. On constate que si la richesse était distribuée équitablement, la richesse des citoyens augmentent (que l'on prennent la totalité des citoyens ou les actifs). Néanmoins dès la dernière crise de 2008 un ralentissement a eu lieu et peut-être même qu'un plafond a été atteint. En ce qui concerne les impôts, comme on peut s'y attendre, ils plafonnent aussi à partir de 2008.


  • Poids du canton dans le PIB vaudois

Si on regarde le poids de l'impôt vaudois sur son PIB, il est plutôt stable hormis l'augmentation lors de la période de 2003 et 2004, laquelle lui a permis de rembourser ses dettes.


  • Évolution de la population active

Il semble que la population active a atteint son pic en 2008 et décline lentement à partir de ce point.


  • Évolution démographique

La population active ne va pas augmenter pour les raisons suivantes


  1. La fraction de la population jeunes (<15 ans) n'a fait que baisser et il est peu probable qu'elle reprenne fortement ces prochaines années (économie au ralenti), malgré la hausse qui semble apparaître vers 2016-2017

  2. La proportion de femmes pouvant avoir des enfants continue à diminuer

  3. La proportion de la population dite "Âgée" (>64 ans) a dépassé en fraction la population plus jeune bien qu'elle semble avoir atteint un plateau (risque d'augmenter à nouveau, voire ci-dessus).


  • Dette totale et Excédent du Bilan

Sur ce graphe j'ai défini la "Dette totale", c’est-à-dire toutes les dettes moins les liquidités disponibles. Cela veut dire que même si le canton de Vaud perdait ses bâtiments, il n'aurait pas de dettes. En ce qui concerne les excédent, je l'ai défini comme le surplus ou le déficit (négatif) du bilan comptable du canton de Vaud.

Ce que l'on peut conclure

La population du canton de Vaud vieillit et le vieillissement ne changera pas à moins d'une forte natalité (peu probable comme vue plus haut), d’une mortalité des personnes âgées ou d'une immigration importante. Bien qu'il y ait une apparence de stabilité, elle risque d'être provisoire vu que la plus grande fraction de la population a 50 ans et va donc sortir de la population active dans 10-20 ans, alors que la part des jeunes de moins de 15 ans tend à rester à des niveaux relativement bas ses prochaines années.

Le canton ayant remboursé ses dettes se trouve en bonne position si la déflation provoquée par le vieillissement de la population venait à se matérialiser. (Même si les communes risquent de faire remonter l'endettement, endettement net d'environ 3000.- par habitant). Il faut s'attendre à une baisse des revenus pour le canton et les commune vu que les revenus par personne stagnent et que la population active diminue. Heureusement, il y a encore des marges de manœuvre. Une augmentation d'impôts est possible, mais cette solution doit être utilisée en dernier recours, car celle-ci risque d'accélérer le ralentissement de l'économie (et donc générer la boucle de rétroaction négative).

Sources :


  1. David Coleman & Robert Rowthorn : Who’s Afraid of Population Decline? A Critical Examination of Its Consequences

  2. https://www.federalreserve.gov/econresdata/notes/ifdp-notes/2016/effects-of-demographic-change-on-gdp-growth-in-oecd-economies-20160928.html

  3. https://www.bruegel.org/2015/02/demographic-changes-and-structural-deflation/

  4. https://www.bis.org/publ/work722.pdf

  5. http://www.scris.vd.ch/

Découvrir

Projet

Citation

En politique le choix est rarement entre le bien et le mal, mais entre le pire et le moindre mal.
- Nicolas Machiavel